Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Blog Ville de Grenade-sur-l'Adour

Blog Ville de Grenade-sur-l'Adour

Informations, manifestations concernant la Ville de Grenade sur l'Adour

Publié par Blog ville de Grenade-sur-l'Adour

Mesdames, messieurs,

 

Si les hommes écrivent l’Histoire…., trop souvent les armes négocient la Liberté et l’Indépendance

des peuples … et puis, il y a des générations qui font vivre la mémoire par leurs récits et leurs actes au service de la Paix….

En 1945, plusieurs pays songent à vivre librement…

L’Indochine, sous protectorat français depuis 1888, veut son indépendance…

Bao Daï, empereur d’Annam, Norodom Sihanouk, roi du Cambodge et Sisavang Vong, roi du Laos, se rebellent et se font menaçants.

L’Axe chancelle…, toutefois, le Pacifique est encore incandescent : le Japon résiste toujours à la pression des Etats-Unis, obligés le 6 août 1945 à faire usage de la bombe atomique pour faire plier le Pays du Soleil Levant.

L’Indochine est dans l’œil du cyclone, ….la France se retrouve en 1° ligne.

Avec l’appui de la Chine, des armes russes et la passivité des Etats-Unis, le Viet-Minh mène la vie dure au Corps Expéditionnaire Français.

Le 14 juillet 1949, à Saïgon, des troubles font 22 morts et 118 blessés. Dans cette frénésie guerrière, la Corée du Nord franchit le 38° parallèle en juin 1950… un nouveau front s’allume.

Dans ces terres lointaines, bordant le Mékong, nos soldats se battent avec courage face à des hommes et des peuples pugnaces, rusés, maîtrisant parfaitement la jungle et les rizières….Ils étaient chez eux…en résistants déterminés.

Le coup de grâce pour notre Corps Expéditionnaire sera porté à Dien Bien Phu. Le camp retranché, encerclé par le Viet-Minh résistera 6 mois, de novembre 1953 à mai 1954. Dans cette fournaise, un Landais, Bernard CABIRO, sera gravement blessé, à la tête de sa compagnie de Légionnaires, et sera l’un des derniers à être évacué par la voie des airs.

Dans cette cuvette labourée par plus de 200 000 obus, on comptabilisera 4000 morts et 8000 prisonniers qui vécurent l’enfer dans les camps de concentration du Viet-Minh.

A la fin du conflit, en septembre 1954, le Viet-Minh libéraient 9886 personnes et conservaient dans leurs camps infâmes, 39 229 prisonniers. Les dernières troupes françaises quittèrent l’Indochine  en mars 1956.

Quelques noms ont fait l’actualité par leur bravoure ou leur stratégie durant cette dizaine d’années de conflits : chez nos adversaires, Ho-Chi-Min et le général Giap, …chez nous, les généraux Salan, Navarre, de Castries, le commandant Bigeard et Geneviève de Galard, infirmière-convoyeuse de l’air qui fut faite prisonnière à Dien Bien Phu.

Avec l’exposition qu’ils nous présentent aujourd’hui, messieurs VALENTI et MONCHICOURT, seront, à n’en point douter, plus précis sur cette page d’Histoire où l’on commençait à entrevoir une mise à mal des colonies françaises.

Par avance je les remercie très chaleureusement de leur initiative et du souci de nous faire partager leur travail d’investigation.

 

Avec l’activité soutenue de nos Anciens Combattants, présidés par Jean-Yves MANAC’H, du Souvenir Français de Michel BARRANS, et de Jean-Luc VIELLE, mon collaborateur de cabinet et animateur de la mémoire à Grenade, …relayés par la volonté municipale, ….avec la présence des militaire de la BA 118 et de la 2° Compagnie du Génie de l’Air, … avec son pavillon de la Résistance et de la Déportation, Grenade est devenue un véritable carrefour patriotique…

Avant de conclure, je voudrais rappeler qu’un enfant de Grenade a consacré sa vie pour l’Indochine où il fut missionnaire de 1926 à 1973.

Il était aimé des pauvres, vénéré des lépreux pour lesquels il a créé une léproserie, apprécié de ses pairs qui en firent un évêque, respecté des Japonais durant leur occupation de l’Indochine, … vous l’avez identifié : il s’agit de Monseigneur Jean CASSAIGNE.

Né à Grenade le 30 janvier 1895 à 6h du matin, ….sacré évêque de Saïgon le 24 juin 1941…., mort de la lèpre parmi ses lépreux le 31 octobre 1973 à 1h du matin.

Je regrette sincèrement que ses reliques et sa mémoire ne puissent être rassemblées dans sa maison natale, rue des Capucins, sachant que, à plusieurs reprises, la Municipalité a fait œuvre de partenariat financier pour un hommage durable à cet ambassadeur de paix, hors du commun des mortels.

Je ne désespère pas être entendu pour donner à ce religieux exceptionnel une place de choix dans notre cité de caractère.

Encore merci à nos organisateurs et distingués historiens, et compliments pour vos présences attentives à l’Histoire de France commentée par des passionnés.

 

                                                                                                    Pierre DUFOURCQ

                                                                                                    Le 18 mai 2016

Articles récents

Hébergé par Overblog